ACCUEIL     PRESENTATION     MATERNITE     CHIRURGIE     GYNECOLOGIE  
Chirurgie 
PRESENTATION   LA CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE    LA CHIRURGIE PLASTIQUE ET ESTHETIQUE   L'ANESTHESIE   

LA CHIRURGIE DIGESTIVE ET DE L'OBESITE  LES CONSULTATIONS   VOTRE SEJOUR   L'ACTIVITE EN CHIFFRES   FAQ  

 
 

LE RETRAIT DES DISPOSITIFS ESSURE

 

Vous êtes porteuses de dispositifs Essure et vous êtes aujourd’hui inquiète suite à la campagne médiatique et l’arrêt de commercialisation des dispositifs en France en aout 2017.
 

 


Image du petit bassin visible en cœlioscopie
chez une femme porteuse des dispositifs Essure.
Seule la trompe un peu rigide témoigne de la présence
d'un dispositif à ce niveau.


Pour retirer les dispositifs Essure,
le chirurgien incise la trompe sans sectionner le dispositif.


J'ai lu sur internet que certaines patientes avaient des problèmes après la pose des dispositifs Essure. Que faut-il en penser ?

Certaines patientes se plaignent de douleurs ou de saignements :

  • Si vous avez pris longtemps la pilule et que vous l'arrêtez, les ovaires qui n'étaient pas actifs se remettent en route et cette activité ovarienne peut être ressentie. La pilule (ou un stérilet hormonal) pouvait masquer les symptômes d'un utérus (qui avait déjà tendance à saigner). C'est l'arrêt de la prise hormonale qui est en cause dans ce cas, pas les Essure.

  • Ne pas oublier qu'à l'âge (35 - 45 ans) où on pose les Essure, beaucoup de femmes commencent à avoir des problèmes de saignements... ou des douleurs.
     

  • Cependant, une pose imparfaite (avec perforation) est toujours possible et peut être responsable de douleurs après la pose. Cette complication doit être recherchée. C'est un échec de stérilisation et une grossesse est possible.
     

  • Mais même avec une pose parfaite, un très petit nombre de patientes (2%) peut développer des douleurs et des petits saignements.

Certaines patientes affirment avoir des problèmes dans les mois ou années qui suivent la pose des dispositifs : maux de tête, perte d’appétit, fatigabilité, douleurs musculaires, douleurs articulaires... Elles attribuent ces problèmes à la composition des dispositifs Essure : il n'y a pas, pour le moment (octobre 2017) de preuve scientifique prouvant un lien entre ces symptômes et les Essure.
 

Cependant, il ne faut pas oublier que :

  • la très grande majorité des patientes porteuses d’Essure ne se plaint de rien.
     

  • tous ces symptômes (maux de tête, perte d’appétit, fatigabilité, douleurs musculaires, douleurs articulaires...) peuvent survenir aussi dans la population générale. Pour affirmer un lien entre ces symptômes et la pose des Essure, il faut faire une étude comparative entre deux populations : avec et sans Essure.

En résumé, il est vrai que certaines patientes ont développé des symptômes après la pose des Essure, mais le lien éventuel - si il existe - n'est pas encore scientifiquement établi.

début de page

 

On n’a pas prouvé – aujourd’hui – un lien entre les symptômes de certaines patientes et la pose d’Essure. Mais on va peut-être le prouver dans le futur. Dois-je me les faire retirer par prudence (principe de précaution) ?

Le Collège national des Gynécologues obstétriciens français et la Société de chirurgie gynécologique et pelvienne s’est prononcée en décembre 2016 et a écrit : « Si vous n’avez eu aucune manifestation jusqu’ici, c’est que vous tolérez parfaitement le dispositif Essure, et il n’y a pas lieu de vous inquiéter. Mais si vous pensez avoir certains de ces symptômes, ou si vous le souhaitez, et afin de répondre à vos éventuelles questions, je vous propose de me contacter et de revenir me voir pour de plus amples informations. »

début de page

 

J’ai bien compris ce que vous m’expliquez. Néanmoins je souhaite vivement le retrait de mes implants. Comment dois-je procéder ?

  • Vous prenez rendez-vous avec un chirurgien gynécologue, de préférence celui qui a posé les dispositifs.
     

  • Il prend connaissances de vos symptômes, il vous précise l’information nécessaire, en détaillant les modalités.
     

  • Il vous explique que vous pouvez bénéficier de ce retrait, mais précise que l’intervention vous fait prendre un risque opératoire qui semble, à l’heure actuelle (octobre 2017), supérieur à celui du port de dispositifs Essure.

début de page

 

Quel bilan est à réaliser avant de se faire retirer les Essure ?

Avant de considérer la procédure de retrait, il convient de :

  • s’assurer que les symptômes dont on souffre ne sont pas liés à un autre problème : on peut saigner à causes de fibromes, on peut avoir des vertiges à cause d’une maladie de Ménière, on peut être fatigué car on ne dort pas assez…
     

  • savoir que l’ablation des implants Essure n’a pas été évaluée dans les études cliniques portant sur ce dispositif qui est destiné habituellement à être laissé définitivement en place.
     

  • avoir le compte-rendu opératoire et la date de la pose des implants (et connaitre en particulier le nombre de tours de spires laissées dans la cavité utérine).
     

  • localiser précisément les implants par une technique adaptée (échographie).
     

  • en fonction de la symptomatologie que vous présentez, des tests allergologiques cutanés peuvent éventuellement être effectués.

début de page

 

Comment se déroule l’opération ?

Par cœlioscopie. Une anesthésie générale est nécessaire. La cœlioscopie est une technique opératoire qui permet de réaliser des interventions chirurgicales sans ouverture de l’abdomen. Plusieurs petites incisions abdominales permettent ainsi l’accès des instruments et de l’optique. L'hystérectomie peut être débutée par cœlioscopie et terminée par voie basse.

début de page

 

Les options chirurgicales du retrait

Elles dépendent du positionnement des dispositifs


 

 


Salpingectomie bilatérale avec résection de la corne


Salpingectomie bilatérale sans résection de la corne

L'ablation des deux trompes de Fallope pouvant également concerner la portion interstitielle de la trompe située au niveau de la corne utérine (cornuectomie). C'est la méthode préférentielle en l’absence de pathologie utérine associée et/ou de position très proximale du dispositif.


Hystérectomie totale avec salpingectomie bilatérale

Ablation de l’utérus, du col de l’utérus et des deux trompes de Fallope (cas 1, 2 et 3). L’ablation de l’utérus et des 2 trompes (en totalité) ne doit pas être systématique, mais peut s’avérer utile en cas de pathologie utérine associée ; les ovaires sont généralement laissés en place. Cette technique peut-être envisagée quel que soit le positionnement du dispositif.

L’examen des pièces opératoires est indispensable, en précisant le contexte, mais il n’y a pas à l’heure actuelle (octobre 2017) de test valable d’évaluation de l’inflammation tubaire qui pourrait être corrélé aux plaintes des patientes.

L’intervention est prise en charge par l’Assurance Maladie.

début de page

 

Lors de l'intervention, quels sont les risques d’un retrait ?

Les risques sont ceux d'une cœlioscopie +/- hystérectomie. La salpingectomie est une intervention pour laquelle les complications possibles sont moindres que celles pouvant faire suite à l’hystérectomie, compte-tenu de la durée et de la nature de l’acte.

Un risque spécifique lié au retrait du dispositif est la rupture de l’implant lors de l’intervention, avec persistance de microfragments au sein de la cavité abdomino-pelvienne.

Le chirurgien fait réaliser des examens complémentaires tels que des clichés radiologiques ou photographiques (per ou post-opératoires) et l’examen macroscopique et anatomopathologique de la pièce opératoire.

En cas de persistance d’un fragment de l’implant, un geste complémentaire (cornuectomie, hystéroscopie voire hystérectomie) pourra être envisagé.

Des informations détaillées sur les types d’intervention et sur le protocole de retrait sont disponibles sur le site du Collège national des gynécologues et obstétriciens français : www.cngof.fr
 

début de page

 

Après le retour à la maison ?

Vous devez consulter votre médecin traitant en cas d’apparition :

  • de brûlures lorsque vous urinez ou si vous urinez fréquemment ; cela peut être dû à une infection urinaire ;

  • de douleurs au niveau des mollets ;

  • de difficultés à respirer.

Il est également possible que des symptômes ayant motivé le retrait du dispositif persistent après l’intervention chirurgicale. Dans ce cas, vous devez consulter votre médecin

Vous devez consulter rapidement votre chirurgien si vous présentez les symptômes suivants :

  • un saignement vaginal anormal ou malodorant,

  • une température élevée pouvant être le signe d’une infection ou d’un hématome, potentiellement surinfecté ;

  • des nausées, des vomissements avec un épisode de fièvre.

Il est également possible que des symptômes ayant motivé le retrait du dispositif persistent après l’intervention chirurgicale. Dans ce cas, vous devez consulter votre médecin

 

 

Dr Vincent Ducrotoy
Chirurgien-gynécologue-obstétricien

 

Pour en savoir plus

Fiche d'information du retrait des dispositifs Essure éditée par le  CNGOF (Collège national des gynécologues obstétriciens français)

Fiche technique de retraits des implants Essure à destination des gynécologues obstétriciens éditée par le CNGOF (Collège national des gynécologues obstétriciens français)

 

Chirurgie des règles abondantes
Ablation de l'utérus

Chirurgie des fibromes de l'utérus
Thermocoagulation de l’endomètre
Chirurgie des fuites urinaires
Cœlioscopie
Hystéroscopie
Chirurgie vaginale

Chirurgie de la descente d’organes
Chirurgie de l’endométriose
Chirurgie de la stérilité
Chirurgie du kyste de l’ovaire
Ligature de trompes
Retrait des dispositifs Essure
Autres interventions

Présentation de
la chirurgie gynécologique


 

 

 

 

 

 

 

ZOOM


L'équipe des
gynécologues-obstétriciens

 

 

 

 

ZOOM


Visite virtuelle
de l'unité de chirurgie gynécologique !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ZOOM


Pour prendre rendez-vous

 

 

 

 

  Mise à jour le 09/01/2019

début de page

 
     
    ANNUAIRES         ACCES         QUOI DE NEUF ?         RECHERCHE         CONTACT         QUI SOMMES-NOUS ?         LE NOUVEAU VISAGE DU BELVEDERE